Téléphérique

Mis en service le 5 juin 2008

 • • •

La page Wikipédia

 • • •

 

Le projet du téléphérique date de 1983 !

Le premier téléphérique prévu pour relier la rue Tatèche au CHU Benbadis sur une distance de 425 mètres et le second du parking du CHU aux hauteurs du quartier Emir Abdelkader, sur une distance de 1091 m permettront à 2.000 passagers par jour de soulager le pont suspendu, d'être un nouveau support pour le tourisme et amélioreront les conditions de transport pour les 100.000 citoyens du secteur nord, aux 5.000 agents hospitaliers, pour un trafic de 2.000 usagers par heure dans des cabines de 10 à 30 places.

Deux constructeurs mondiaux sont soumissionnaires, l'un français et l'autre suisse-autrichien pour la réalisation de ce téléphérique d'un coût global moyen de 200 milliards de centimes. Les études techniques ont été confiées à Métro Alger et les travaux de réalisation dureront 15 mois.

Le Quotidien d'Oran du 2 novembre 2006

Le téléphérique de Constantine se dessine

Les responsables constantinois semblent être résolus à mettre tous les atouts de leur côté pour faire aboutir au plus vite le fameux projet du téléphérique.

En effet, échaudés par nombre d'initiatives qui avaient traîné en longueur par le passé à cause d'imprévoyance, elles ont alors dès le départ pris les devants. Surtout pour bien baliser le terrain à la réalisation du projet en question, de sorte qu'il n'aura pas à souffrir des retards qui surgissent à la faveur de lois et de règlements auxquels tout responsable devra se soumettre. La preuve, dès le lancement de l'étude de faisabilité du téléphérique, des précautions ont été prises pour passer sans encombres le cap de la nécessaire opération d'expropriation qui doit faire place nette à la construction des pylônes et stations de ce projet.

Selon le directeur des transports de la wilaya de Constantine, les études ont été optimisées afin de minimiser les expropriations publiques et privées. C'est ainsi, comme nous l'explique notre interlocuteur, que la station de départ sera réalisée à la place Tatache, précisément en lieu et place du parking appartenant à la mairie de Constantine. C'est également le cas pour la station intermédiaire au niveau du centre hospitalo-universitaire Dr Benbadis puisque, ajoute le directeur des transports, elle sera construite au niveau du parking appartenant à l'hôpital. Enfin, la station terminale sera quant à elle érigée sur une partie du terrain Tanoudji, lequel, rappelons-le, abritait le fameux bidonville de la cité Emir Abdelkader évacué il y a deux années. Le même topo se présente pour les neuf pylônes du téléphérique, étant dit qu'ils seront réalisés sur des terrains nus appartenant à la commune ou aux domaines.

Rappelons que seules deux sociétés étrangères se sont portées candidates et ont proposé officiellement leurs services. Il s' agit en l'occurrence de la Garavanta, une société austro-helvétique, et de la Pomagalski, une entreprise française. On dit beaucoup de bien de la première société, où Autrichiens et Suisses ont acquis une certaine expérience. Mais les Français, de leur côté, n'ont eux aussi plus rien à prouver dans ce domaine. Voilà donc qui met sur le même pied d'égalité les deux concurrents et ce sera sans doute les propositions financières qui devraient faire la différence. Rappelons également qu'il s'agit de deux tronçons bien distincts. Le premier, qui part de la rue Tatache (ex-rue Thiers) et ralliera le centre hospitalo-universitaire, sera long de 425 mètres. Le second, plus important, ralliera ce même CHU à la cité Emir Abdelkader (ex-faubourg Lamy ) et sera long de 1.091 mètres.

L'une ou l'autre de ces deux sociétés, si elles venaient à être retenues, sera dans l'obligation de terminer les travaux dans les délais impartis (clés en mains) mais devra se charger de la formation de techniciens et d'agents d'exploitation spécialisés dans ce domaine spécifique des téléphériques.

M. S. Boureni


Le Soir d'Algérie du 23 novembre 2006

Le téléphérique sera opérationnel dans une année

Finalement, les travaux de réalisation du téléphérique de Constantine seront lancés incessamment. "Le marché relatif à cet ouvrage a été conclu, lundi dernier, à Alger, entre le groupement algérosuisse et l'Entreprise du métro d'Alger". C'est ce qu'a annoncé le directeur du transport de la wilaya de Constantine en marge de la visite du wali, effectuée mardi dernier à Aïn-Smara et à la nouvelle-ville Ali-Mendjeli.
Cet ouvrage sera, selon le même directeur, opérationnel dès novembre 2007 sur deux lignes de liaison. L'une reliant le CHUC à la place du 19- Juin et l'autre reliant le CHUC à la cité Emir-Abdelkader sur une distance cumulée de 1516 m et dont le plus haut pylône est à 49 mètres.[...]

Lyas Hallas


Le Quotidien d'Oran du 26 novembre 2006

Réalisation du téléphérique: l'étude géotechnique a débuté

Hier tôt dans la matinée, les alentours du centre hospitalo-universit aire Docteur Benbadis ont connu une journée bien particulière avec la présence sur le parking de deux énormes machines qui se révélèrent, renseignements pris, deux sondeuses appartenant au Laboratoire des travaux publics de l'Est (LTP EST). Laboratoire qui a été chargé après l'achèvement des études d'exécution du projet du téléphérique de Constantine et après la finalisation des études topographiques d'effectuer l'opération géotechnique. Cette dernière opération consiste, avons-nous appris sur place, à effectuer des sondages d'une profondeur moyenne de 20 mètres pour connaître la nature du terrain au niveau du site qui accueillera en lieu et place du parking de l'hôpital l'une des trois stations du téléphérique. L'opération dans sa totalité durera une quinzaine de jours, nous dit-on. Elle englobera également le site du terrain Tanoudji, celui de la place Tatache ainsi que ceux devant accueillir les neuf pylônes. Une équipe de dix personnes était sur place et toutes les précautions ont été prises pour garder la fluidité de la circulation dans des conditions de sécurité maximales, nous dit-on.

Les autorités de la wilaya avaient, rappelons-le, dès le lancement de l'étude de faisabilité du téléphérique, pris leurs précautions pour passer sans encombres le cap de la nécessaire opération d'expropriation qui doit faire place nette à la construction des pylônes et stations de ce projet. Le directeur des Transports de la wilaya de Constantine, nous apprenait dans un précédent entretien que les études ont été optimisées de sorte à minimiser les expropriations publiques et privées. C'est ce qui explique le choix du site devant accueillir la station de départ qui sera réalisée à la place Tatache, précisément en lieu et place du parking appartenant à la mairie de Constantine. C'est également le cas pour la station intermédiaire au niveau du centre hospitalo-universitaire Docteur Benbadis puisqu'elle sera construite au niveau du parking appartenant à l'hôpital. Enfin la station terminale sera construite sur une partie du terrain Tanoudji, lequel rappelons-le abritait le fameux bidonville de la cité Emir Abdelkader qui a été évacuée il y a deux années.

Le même topo se présente pour les neuf pylônes du téléphérique étant dit qu'ils seront réalisés sur des terrains nus appartenant à la commune ou aux domaines. Rappelons également qu'il s'agit de deux tronçons bien distincts. Le premier, qui part de la rue Tatache (ex-rue Thiers) et ralliera le centre hospitalo-universitaire, sera long de 425 mètres. Le second plus important ralliera ce même CHU à la cité Emir Abdelkader (ex-faubourg Lamy) et sur une longueur de 1.091 mètres.

M. S. Boureni


El Watan Edition du 28 novembre 2006

Le fait du jour
Le téléphérique, une réalité ?

Après plus de deux décennies de tergiversations, le projet du téléphérique sera enfin une réalité. C'est ce qu'on vient d'apprendre auprès du directeur des transports qui a confirmé, lors d'une sortie avec le wali de Constantine, la signature des contrats à Alger le 20 novembre dernier, entre la société Métro d'Alger et un groupement helvético-autrichien . Il s'agit d'un projet qui a fait l'objet de tant de débats et de tant d'allers et retours d'une dizaine de délégations françaises dans le cadre du jumelage entre Constantine et Grenoble. Cette initiative échouait à chaque fois. Le rêve des Constantinois ne sortait pas des salons feutrés. Selon le directeur des transports, le projet sera réparti en deux lots. La partie génie civil et tous les ouvrages d'accompagnement ont été confiés à Sapta, une entreprise nationale qui a déjà fait ses preuves à travers la réalisation de nombreux ouvrages d'art, notamment les échangeurs routiers de Constantine qui ont vu le jour depuis la fin des années 1990, alors que cette même entreprise a été appelée à la rescousse pour l'achèvement du parking à étages de la rue des frères Zaâmouche. Les travaux de réalisation du téléphérique avec tous ses composants seront l'ouvre des Suisses et des étrangers qu'on ne présente plus en la matière. Le début des travaux sera entamé dans quelques jours. On retiendra la ligne reliant la place Tatache Belkacem (ex-rue Thiers), non loin du pont d'El Kantara, à la cité Emir Abdelkader, avec une halte au niveau du parking faisant face au CHU Ben Badis. Sur une distance de 1516 m, avec une hauteur de 49 m pour le plus haut pylône, le téléphérique aura à désengorger une circulation croissante par le pont suspendu de Sidi M'cid, surtout pour la destination centre-ville- CHU, de même pour les habitants de la cité Emir Abdelkader et les quartiers situés à proximité de l'hôpital qui se trouvent ainsi pénalisés par la topographie du site. Les choses sérieuses commençant dans quelques jours, on prévoit déjà la réception du téléphérique de Constantine au mois de novembre 2007, soit dans moins d'une année.

S. Arslan


Liberté - 30 novembre 2006

PROJET DU TÉLÉPHÉRIQUE À CONSTANTINE
L'étude géotechnique en cours

L'étude géotechnique du téléphérique de Constantine, menée par le laboratoire des travaux publics de l'Est, a débuté cette semaine. L'opération consiste à effectuer des sondages, sur une profondeur de 20 mètres, dans le but de connaître la nature du terrain sur lequel seront implantés les piliers porteurs. Deux sondeuses ont commencé les travaux lundi dernier dans le parking du CHU de Constantine, l'une des trois stations du téléphérique. Rappelons que ce dernier est composé de deux lignes. La première reliera la rue Tatache (ex-rue Tiers) au CHU de Constantine, sur une distance de 425 mètres. La deuxième reliera le parking de ce dernier à la cité Émir-Abdelkader sur une distance de 1 091 mètres. La réalisation de ce projet de 111 milliards de centimes a été confiée à un pool helvético-aurtichien .
La mise en service de ce moyen de transport est prévue pour le mois de septembre 2007. Il est conçu pour alléger la densité de la circulation dans une partie sensible du tissu urbain de la ville.

Souheila B.


El Watan - 18 décembre 2006

Projet du téléphérique
Lancement des travaux prévu le 20 janvier

Après des négociations non fructueuses avec des constructeurs français dans le cadre du jumelage entre Constantine et Grenoble, c'est le groupe hélvetico-autrichien Dopplemay-Garavente qui a été chargé finalement de la réalisation du téléphérique de Constantine.

La réunion tenue samedi au cabinet du wali a permis de fixer les derniers détails du projet entre les représentants du groupe et les responsables de la wilaya. Le rêve tant caressé va enfin voir le jour. En effet, après l'achèvement de l'étude géotechnique et les relevés topographiques du site, l'installation du chantier est prévue pour le début du mois prochain et le début des travaux fixé pour le 20 janvier, selon le directeur du transport de la wilaya, M. Jouini. Le téléphérique considéré parmi les projets structurants de Constantine viendra contribuer à l'allégement du problème de surexploitation du réseau routier sur le côté nord-ouest de la ville, notamment à El Kantara. Les deux lignes, la première reliant la rue Tateche Belkacem (ex-rue Thiers) au CHU Benbadis et la deuxième reliant le CHU à la cité Emir Abdelkader, sur une distance de 1516 mètres, vont certainement réduire l'importance du trafic et faciliter le déplacement des Constantinois grâce à des capacités de transport de plusieurs milliers de voyageurs par jour. Le projet a bénéficié d'une enveloppe de 111 milliards de centimes alors que la durée programmée pour la réalisation ne dépassera pas douze mois. Si tout marche comme prévu, les citoyens pourront emprunter les cabines du téléphérique et survoler les gorges du Rhummel vers la fin du mois de décembre 2007, à en croire le directeur des transports.

N. N.


Le Quotidien d'Oran - 19 décembre 2006

Le téléphérique fonctionnel en décembre 2007

Le téléphérique de Constantine sera opérationnel en décembre 2007, selon les animateurs d’une conférence de presse tenue, hier, au siège du cabinet du wali.

M. Jouini Abdelmalek, directeur des transports de la wilaya, et M. Yahiouche, directeur du projet, ont indiqué que c’est l’entreprise autrichienne Doppelmayer Garaventa, leader mondial dans la remontée mécanique, qui se chargera de réaliser le téléphérique de Constantine. Selon les conférenciers, cette entreprise présente de solides références puisqu’elle a réalisé plus de 13.400 téléphériques à travers le monde. Et rien que pour l’année 2006, Doppelmayer a réalisé plus de 180 téléphériques. Les équipements du téléphérique de la ville des ponts sont déjà en cours de montage à Wolfurt, en Autriche. Selon les indications des conférenciers, 29 cabines pouvant transporter chacune 15 personnes, dont 11 en place assise, circuleront en boucle. Le directeur du projet devait préciser que le projet en question reste en définitive un produit clés en main qui sera réceptionné avec une garantie de deux ans. Les cabines couvriront une distance de 1.516 mètres à une vitesse de 6 mètres par seconde.

Autrement dit, un flux ascendant de 2.400 personnes et autant pour le flux descendant, durant chacun 7 minutes 40 secondes. Les handicapés moteurs n’ont pas été oubliés par les initiateurs, du projet, puisque cette catégorie de personnes bénéficie d’un accès facile aux cabines et reste prioritaire tout autant que les personnes âgées aux places assises. Le téléphérique aura une fonction secondaire mais non moins importante, puisque, ayant un itinéraire qui passe à proximité du centre hospitalo-universitaire, des dispositions ont été prises pour l’évacuation en urgence des malades. Etant dit que le parcours, par exemple, de la rue Tatache au CHU ne durera en tout et pour tout que 3 minutes, soit le même laps de temps que prendra une évacuation de la cité Emir Abdelkader vers le CHU.

80 personnes entre ingénieurs et techniciens seront formés en Autriche pour assurer la bonne marche du téléphérique. Le planning prévisionnel table sur l’acheminement du matériel logistique à partir du 15 janvier 2007. Quant au montage, il commencera, selon le même planning, à partir du 12 juin 2007 pour se terminer le 12 novembre de la même année.

Un dispositif de sécurité sera installé. Il se situera à deux niveaux. Le premier consiste en l’installation d’un groupe électrogène qui se déclenche automatiquement à la moindre coupure d’électricité.

Le deuxième reste le nec plus ultra de la sécurité pour les remontées mécaniques, puisqu’il s’agira d’un système hydraulique qui assure en toute circonstance la bonne marche du téléphérique. En cas de vent soufflant à plus de 60 kilomètres par heure, une alarme sonore et visuelle se déclenche automatiquement au niveau du poste de commande. Un vent de plus de 80 kilomètre signifie l’arrêt total de l’activité du système. Enfin, le téléphérique fonctionnera pendant 17 heures quotidiennement, de 6 heures à 23 heures.

S. Benabdelkader


Liberté Algérie - Mercredi 5 Décembre 2007

Téléphérique de Constantine : Premier essai prévu le 27 décembre prochain

Confié à deux constructeurs, l'un français et l'autre suisse-autrichien, le téléphérique de Constantine sera livré au début de l'année prochaine.

Le premier essai technique de l'un des plus importants projets dont a bénéficié la wilaya de Constantine, le téléphérique, sera effectué le 27 décembre prochain, apprend-on auprès du premier magistrat de la wilaya.
En effet, les travaux au niveau des trois stations ont considérablement avancé et les cabines d'une capacité de 15 places chacune ont été réceptionnées, ajoute notre source. La première télécabine reliera la rue Tatache au CHU Ibn Badis, sur une distance de 425 mètres.
La seconde prendra le départ du parking du CHU jusqu'aux hauteurs du quartier El Émir-Abdelkader, sur une distance de 1 091 mètres. Ce moyen de transport, considéré comme nouveau support pour la promotion du tourisme dans la ville du Vieux-Rocher, permettra le déplacement de 2 400 passagers par jour.
Aussi, il devrait améliorer certainement les conditions de prise en charge de 100 000 personnes résidant dans les quartiers nord de la ville ainsi que pas moins de      5 000 agents hospitaliers.
Cela étant, beaucoup de difficultés ont entravé la réalisation du projet en question.
Il s'agit, entre autres, de la nature rocheuse du sol, selon les ingénieurs de la Société métro d'Alger chargée de l'étude du projet. Ce qui a nécessité l'utilisation de gros moyens.
Nos interlocuteurs ont évoqué également certaines erreurs d'appréciation, lors des premières étapes préalables au lancement des travaux. Actuellement, l'entreprise en charge de la réalisation a évoqué la nécessité de consolider le mur de soutènement du parking affecté au centre hospitalo-universitaire Ibn Badis avant l'entrée en service du téléphérique.
D'autant qu'une partie du mur a été démolie, lors des premiers travaux. "L'opération de démolition d'une partie du mur, en elle-même, n'aura pas d'impact sur la stabilité du sol au niveau de ce site, mais le mur risque d'être fragilisé avec le temps, notamment, avec la densité du trafic attendue", nous a confié un des ingénieurs rencontré sur le chantier.
Par ailleurs, une visite effectuée à travers les trois stations nous a permis, entre autres, de constater l'absence de commodités d'accompagnement, en  particulier, les sanitaires et les aires de stationnement. Une variante qui renseigne que le projet n'a pas vocation d'être un investissement intégré. Ceci dit, il n'est pas écarté que ces opérations soient inscrites mais n'ont tout simplement pas été concrétisées faute de planification.

Radia M. Aoued

• • •

Quelques images du début des travaux


Chantier première station : Charaa
Chantier deuxième station : Hôpital Benbadis

Chantier troisième station : Faubourg Lamy
et vue vers deuxième station

Octobre 2007
Le chantier avance


Premier poteau après la station CHU

2 poteaux qui mènent au faubourg Lamy

Poteau situé au coin du centre para-médical

Poteau situé au faubourg Lamy, à une centaine de mètres dans la rue en face de ma maison d'enfance.

Photos Djamel Allal

Novembre 2007

Lors de mon séjour à Constantine, j'a pu me rendre compte de l'avancée des travaux du téléphérique ou plus exactement des télécabines. je vous en propose quelques photos.


La station située près de la rue Thiers


Diverses vues du départ avant la traversée des gorges


La station de l'hôpital

L'allignée des poteaux à partir de l'hôpital

Les mêmes pris du faubourg Lamy

Décembre 2007

EL MOUDJAHID - 28 décembre 2007

Essais techniques pour le téléphérique

La partie est de la ville de Constantine, près de la cité Emir Abdelkader (ex-faubourg Lamy) et la rue Tatache en contrebas, ont connu, jeudi dernier, une effervescence particulière avec le lancement des premiers  essais techniques du téléphérique en réalisation depuis le mois d'avril dernier, a-t-on constaté sur place.         
Les essais effectués à partir de la station aval de l'Emir Abdelkader, se sont déroulés en présence des autorités de la wilaya, des représentants de  l'Entreprise du métro d'Alger, maître de l'ouvrage, et ceux du groupement  de trois entreprises algéro-suisses chargées de la réalisation du projet. L'événement, qui a attiré une grande foule de curieux venus assister  au "baptême de l'air" des premières télécabines, a également fait déplacer pour  l'occasion le directeur de l'entreprise suisse "Garaventa", qui a fourni et  assuré le montage des équipements de cette nouvelle réalisation.         
A cette étape, le téléphérique de Constantine, qui reliera la rive est de la ville au niveau de la place Tatache Belkacem (ex-rue Thiers) à la rive ouest au niveau de la cité Emir Abdelkader en passant par le CHU  Ben Badis, est à 80% de son achèvement, a-t-on appris auprès des responsables.         
L'ouverture aux usagers de ce téléphérique, doté de 33 télécabines de 15 places chacune, permettant de relier les deux terminaux en 8 minutes et de  transporter 2.400 personnes par heure, aura lieu au mois d'avril prochain, selon les responsables du projet.


L'Expression - 23 Mars 2008

Le téléphérique en avril

Prévue pour le mois de septembre 2007, la mise en service des deux lignes du téléphérique de Constantine, aura lieu finalement en avril prochain.
Pour ce faire, les services techniques de l'entreprise du transport urbain ont demandé une rallonge financière auprès des autorités locales.
Cette demande est, selon des sources, à l'étude. L'objectif recherché par l'entreprise des transports est de permettre aux usagers, d'utiliser ce moyen de transport avec un tarif raisonnable de 15 à 20 DA.
Le projet des deux lignes téléphériques entre dans le cadre du programme de la politique de développement 2005-2009. Un tel projet vise l'amélioration du cadre et qualité de vie des citoyens, à même d'alléger le pont suspendu de Sidi M'cid, utilisé quotidiennement par des milliers de citoyens.
Ce pont est considéré comme un site touristique et sécuritaire de la ville.
Les deux lignes téléphériques relieront la rue Talache au CHU de Constantine sur une distance de 425 mètres ainsi que la cité Emir Abd El Kader au parking du CHU de Constantine sur une distance de 1091 mètres.
Le coût du projet était initialement de 2 millions de dinars.
Durant 12 heures, les lignes téléphériques assurent le transport de 2000 passagers par heure.
A noter que l'entreprise chargée de ce projet a procédé, d'ores et déjà, à des essais, comme dernière étape avant la mise en service des deux lignes.

Ikram GHIOUA


La Nouvelle République - 10 avril 2008

Le téléphérique de Constantine en marche le 16 avril

Le téléphérique de Constantine sera mis en marche le 16 avril, a annoncé M. Mohamed Maghlaoui, ministre des Transports, dans un entretien accordé à la Chaîne III de la Radio nationale dont il était l'invité de la rédaction. Il a rappelé que le téléphérique d'Oran et celui de Belouizdad, à Alger, sont déjà en fonctionnement. [...]

L.A.

Inauguration du téléphérique prévue le 16 avril 2008


La station de Charaa

La station du CHU Ben Badis

Station quartier Emir Abdel Kader, terrain Tanoudji

Quotidien d'Oran - 19 avril 2008

Et l'inauguration du téléphérique n'a pas eu lieu

par A. C.

Les centaines de badauds qui s'étaient rassemblés tout le long de l'itinéraire du téléphérique, durant la journée du mercredi 16 avril, pour assister à son inauguration officielle, ont été déçus. Il n'y a pas eu d'inauguration alors que tout la présageait. En effet, tôt le matin, les cabines ont commencé à circuler sous les regards admiratifs des spectateurs et chacun attendait le signal soit pour commencer à embarquer, soit l'arrivée d'une personnalité.
D'ailleurs dès le commencement de la sarabande des cabines, plusieurs personnes se sont rendues vers les points de stationnement de Souk El-Asser, du centre hospitalo-universitaire ou à la cité Emir Abdelkader, dans l'espoir d'un signe d'embarquement.
L'attente, confortée par l'installation de guirlandes et de drapeaux aux stations et la nouvelle signalant la présence à Constantine du chef du gouvernement et d'un conseiller à la présidence, a duré toute la journée. Selon les dires d'un responsable du chantier à la station du CHU, si le téléphérique est fin prêt, les travaux annexes ne sont pas achevés. Les stations sont en cours d'achèvement, précise-t-il, et il reste à placer des carrelages, de la faïence en certains endroits, la finition des guichets, etc. De plus, les gravats et autres déchets, conséquence des travaux, n'ont pas été encore enlevés. Bref, la mise en service de ce téléphérique tant attendu par une population rendue particulièrement curieuse, est attendue pour la fin du mois d'avril ou pour la première semaine de mai 2008...

Photos prises le 25 avril 2008 : les cabines restent vides

El Watan - 27 avril 2008

Téléphérique. La mise en marche retardée

Alors que son inauguration officielle n'a pas eu lieu, suite à l'annulation de la visite du président de la République, prévue pour le 16 avril, la mise en marche effective du téléphérique tardera encore malgré les promesses de son ouverture au public dès le premier trimestre de l'année en cours.

Des promesses qui ont été réitérées en diverses occasions par le wali de Constantine. Aux dernières nouvelles, le téléphérique, reliant la station Tatache à la cité Emir Abdelkader, en passant par le CHU, est encore en phase d'essai. Une opération qui devrait encore durer plusieurs semaines, si l'on en croit les déclarations du directeur du transport, lequel insistera sur les aspects techniques très sophistiqués des équipements, nécessitant une maîtrise très poussée par le personnel algérien. Sans avancer une date précise, le premier responsable du secteur a affirmé que le lancement effectif des télécabines ne saura dépasser la fin du premier semestre de l'année en cours. Quant au prix du ticket, il sera fixé à 15 DA. Si le tarif est unique pour toutes les destinations, il n'a pas été notifié d'une manière officielle, même s'il demeure élevé par rapport aux frais de gestion des trois stations. Selon Hocine Chelli, directeur général de l'ETC, cette dernière sera chargée de la gestion de cette nouvelle infrastructure, dans l'attente des statuts officiels qui seront mis en place au niveau du ministère du transport.

S. A.


Le Quotidien d'Oran - 6 mai 2008

Selon les responsables du projet: Entrée en exploitation du téléphérique à la fin du mois

par M. Amar.

Le téléphérique de la wilaya de Constantine sera fonctionnel au plus tard le 30 de ce mois de mai, nous affirme l'adjoint du chef du projet.

Selon ce responsable, le télécabine a été inauguré le 16 avril dernier, en présence des autorités nationales (???), et qu'actuellement, il fait l'objet d'essais techniques. Ces derniers consistent à charger chacune des cabines, de 1.200 kg de sable représentant la moyenne de poids de 15 passagers, à raison de 80 kg par personne.

Interrogé sur un supposé problème de stabilité de pylônes, particulièrement le 3ème qui est implanté sur un rocher au bord d'un précipice en dessus de la route reliant Constantine à Skikda, le chargé du suivi de l'ouvrage dira que, « par mesure de précaution, des renforcements ont été opérées par une entreprise spécialisée, composée de cadres algériens, dépêchée sur les lieux pour prévenir toute éventualité ». Notre interlocuteur ne donnera pas plus de détails.

Le même responsable indique que le téléphérique sera opérationnel et livré à la société d'exploitation, conformément au délai consigné dans le cahier des charges signé par les deux entreprises EMA (Entreprise du Métro d'Alger et ETC (Entreprise du Transport pour la wilaya de Constantine).

Cette société d'exploitation de la ville des ponts se chargera de sa mise en fonction, vers la fin du mois en cours.

En prévision de cette date, des techniciens de l'ETC sont en formation, pour une durée d'un mois, pour leur permettre non seulement la maîtrise du fonctionnement de cet ouvrage, mais aussi et surtout l'entretien de celui-ci, ajoute notre interlocuteur. Pour rappel, ce projet a coûté la somme de 110 milliards de centimes à l'Etat.

Deux organismes, VERITAS (une société suisse) et VERITAL (de Béjaia) sont régulièrement sur le terrain pour le suivi et le contrôle de tout ce qui touche, de près ou de loin, à cette réalisation.

Enfin la mise en service

Liberté - 5 juin 2008

Il fonctionnera de 6 heures à 23 heures
Le Téléphérique de Constantine opérationnel dès aujourd'hui

Après avoir germé plus de deux décennies dans la mémoire collective constantinoise, soit l'espace d'une génération, le projet du téléphérique est devenu, aujourd'hui même, une réalité. Confié à deux constructeurs mondiaux, l'un français, l'autre helvético-autrichien, le téléphérique de Constantine entrera en opération ce jeudi.

Le premier essai technique, lui, a eu lieu le 27 décembre dernier au même moment où les 33 cabines d'une capacité de 15 places chacune, ont été réceptionnées. L'ouvrage tant attendu  relie la place Tatache à la place Tannoudji, via une station intermédiaire à hauteur du CHU,   autrement dit, de la vieille ville aux hauteurs de la cité Émir-Abdelkader, véritable poumon du secteur ouest. La ligne Tatache, La Casbah-CHU est longue de 425 mètres linéaires, celle de CHU-Tannoudji est de 1 091 mètres. Du coup, l'ouvrage s'étend sur 1 516 mètres linéaires. Ce nouveau moyen de transport offre une importante capacité de fréquentation. Les 35 cabines permettent à 2 400 passagers/heure de se déplacer, au grand bonheur des 100 000 habitants du secteur nord de la ville. Si ce mégaprojet de la ville des Ponts est aujourd'hui livré, il ne faut pas oublier les obstacles que les bâtisseurs de la cité ont dû surmonter. Il s'agit, en premier, de la nature rocheuse du sol. Un obstacle qui a nécessité le recours à de gros moyens. En second, il y a certaines erreurs d'appréciation commises lors des étapes préalables au lancement des travaux. Les études géotechniques et topographiques effectuées en 2006 ont sous-estimé certains détails qui ont causé des difficultés par la suite.
L'entreprise en charge de la réalisation a même procédé à la consolidation du mur de soutènement du parking du Centre hospitalo- universitaire avant l'entrée en service de l'ouvrage. Mais, offrir à Cirta un outil de transport adapté au relief de la cité et doter le secteur du tourisme d'un plus, cela vaut les sacrifices de tout un chacun. Si pour le wali, Abdelmalek Boudiaf, "le projet du téléphérique reste décisif pour Constantine", le directeur des transports y voit "un investissement adapté au relief topographique de la ville". En s'investissant dans le projet, le wali cherchait à anticiper une véritable crise liée à la circulation automobile devenue de plus en plus dense au niveau du centre-ville. Hier encore, avant l'inauguration du téléphérique, le risque de paralysie dans les prochaines années était présent. Avec l'entrée de cet équipement en exploitation, les choses commenceront à se normaliser. Il faut bien un certain temps pour que les usagers des moyens de transport s'adaptent à la nouvelle donne. D'autres projets consacreront définitivement le salut. de la cité. Cet ambitieux projet, selon le même responsable, permettra de désengorger la ville du Vieux Rocher qui devrait également bénéficier d'un autre investissement, celui du tramway dont le coup d'envoi des travaux sera donné dans les prochains jours, lors d'une attendue visite du président de la République. Reste à espérer que le lancement de l'exploitation du téléphérique, en ce jour de célébration de la Journée mondiale de l'environnement, ne soit pas un hasard mais traduise une politique de développement durable qui préservera la nature, tout en répondant aux besoins des populations et de l'économie.

Akila Benabdessalem


El Moudjahid - 6 juin 2008

Le téléphérique de Constantine opérationnel

Le téléphérique de Constantine a reçu avant-hier  ses premiers usagers (à titre exceptionnellement gratuit pour la journée) aussitôt  après la cérémonie d'inauguration de ce nouveau moyen de transport par les autorités  de la wilaya.         
Constitué de 33 télécabines, d'une capacité de 15 places chacune, cet  ouvrage est "le premier de ce type réalisé en Algérie depuis l'indépendance",  ont indiqué les responsables locaux du secteur des transports.         
Les cabines de forme ovoïde et au design élégant, dotées de vitres panoramiques,  relient en moins de 10 minutes, au dessus de l'impressionnant ravin de Sidi M'cid, les 1.516 mètres qui séparent la rue Belkacem Tatache, non loin du pont  suspendu, au terrain "Tennoudji" sur les hauteurs de Constantine, à proximité  immédiate de la cité Emir Abdelkader.         
L'impact "très positif" de ce téléphérique réalisé en une année par  le groupement international Garaventa (Suisse) - Sapta (Algérie) au moyen d'une  enveloppe financière de 1,10 milliard de dinars, a été souligné par les services  de la wilaya. Les 33 télécabines à rotation continue amélioreront, en effet,  la desserte de la zone Centre Nord de Constantine et faciliteront les conditions  de déplacement de 100.000 habitants des quartiers Casbah, Loucif, Ziadia et  Emir Abdelkader.         
Le centre hospitalo-universitaire (CHU) de Constantine qui constitue  une station intermédiaire, sera également desservi par les télécabines qui soulageront  par ailleurs la circulation automobile sur le pont suspendu.         
L'aspect touristique de ce nouveau moyen de transport n'est pas, non  plus, négligeable, la traversée donnant à admirer les magnifiques gorges du  Rhumel et offrant un superbe panorama de la ville du Vieux rocher.         
Le téléphérique de Constantine qui permettra de transporter 495 personnes  par heure, sera exploité et entretenu par 61 cadres dont une trentaine ont suivi,  début avril dernier, une formation pratique encadrée par des experts du  partenaire  suisse, a précisé le directeur de wilaya des transports.         
Des bus de transport urbain et suburbain assureront à partir de la station  "amont" de Tennoudji, des lignes de correspondances en direction d'autres cités  comme "Djebel Ouahch",  "Ziadia", "Sakiet Sidi Youcef" et la nouvelle ville  "Ali Mendjeli", a encore indiqué le même responsable.

El Acil - 12 juin 2008

Le téléphérique une semaine après.
Un acquis « incontestable »

Telle demeure la principale réflexion émise de la part de tous nos concitoyens, tous âges et sexes confondus, questionnés sur leurs "impressions" à leur sortie du périple (quelqu'un soit le sens, avalamont et vice-versa), de ce "baptême de l'air" accompli à l'intérieur de ces inédites télécabines qui sont rentrées en service pour rappel jeudi dernier sur le vieux rocher.

Il y eut tellement de "folles" rumeurs autour de ce moyen de locomotion, en particulier à propos de ce fameux pylône N°3 sis face à la station médiane du Chuc, incrusté pourtant à 20 mètres sous le roc comme l'affirment les spécialistes du Métro d'Alger, l'entreprise maître d'oeuvre qui s'occupa des travaux propres au génie civil, serties notamment de cette "frilosité" des uns et autre "appréhension" des autres pour en emprunter leurs accessits, moult "valses- hésitations" effectuées de la part de nombreux cercles mais également de celle d'innombrables communs des mortels, de potentiels usagers qui avaient longtemps végété dans ce "partira, ne partira point", divers commentaires "caustiques" émanant pratiquement de "sources" qui n'avaient ni de près ni de loin la moindre compétence technique et/ou technologique pour en attribuer la non moindre récrimination, et beaucoup de "critiques" émanant d'une large cantonade sur les prétendues vertus cardinales de ce téléphérique, descendant en flammes " un matériel qui partira en l'air au lendemain de son entrée en activité", car "il n'est guère fait pour nous" (!) Persistant ainsi à ne voir les concepts si gratifiants de la nouveauté et du progrès sous toutes ses formes uniquement sous les cieux des "lointaines" contrées développées de l'hémisphère-nord de la planète. Tellement de choses ont été dites donc à propos de ce sujet que l'on a jugé de revenir ainsi, une semaine après, sur ces télécabines qui connaissent, de l'aveu même des principaux concernés, en l'occurrence les utilisateurs, un "franc succès auprès de la population" (dixit ces derniers). Timide au début, la fréquentation est allée crescendo, si l'on s'en tient à ces télécabines défilant sur les deux câbles pleines d'usagers. Pour un trajet "suspendu" qui ne dure en définitive que cinq à six minutes, montre en main, alors qu'en bas la circulation routière reste toujours aussi aléatoire, arrêts compris en plus... y compris nous allions dire, lors de ces très courtes haltes ( tout à fait normales dans le cas où l'on en s'inquiéterait outre mesure) lors en particulier de l'amorce en aval ou en amont du mouvement dynamique de "retour" des cabines, très pratique pour ceux et celles qui ont envie de faire un crochet par la Cité Ziadia, et même par le quartier de Sidi-Mabrouk Supérieur, il faut bien savoir reconnaître en toute honnêteté que "c'est là un moyen qui permet à notre ville de faire un bond non négligeable en avant en matière de développement". Comme nous le rapportaient si bien ces jeunes écoliers de 6ème année primaire qui avaient tenu avant-hier, en groupe très bruyant mais bon enfant, à fêter leur accès en 1ère Année Moyenne des collèges en l'"inaugurant" à leur manière. Cependant, seule ombre au tableau, parce que quelques "couacs" restent toujours de rigueur avant qu'ils ne soient "évacués" le temps et l'habitude aidant, c'est toujours ce comportement insensé de certains de nos concitoyens qui n'arrivent pas décidément à s'acclimater aux choses nouvelles.

Tel cet individu, adulte de surcroît, qui avait tenté, "par vengeance" (sic), par rapport à l'on ne sait qui ni quoi, de larder à coup de canif le velours des sièges d'une télécabine, avant qu'il ne soit "remis à sa place", fortement rabroué même par les autres passagers qui avaient tenu quand même à signaler ladite tentative malveillante aux responsables de la ligne. Voici ces derniers ainsi avertis. Sinon, nous ne terminerons pas sans citer cette remarque qui est sans cesse émise de la part de moult citoyens, qui s'adresse celle-là aux mêmes responsables de l'ECT qui gèrent aux destinées d'un équipement qui a coûté aux contribuables et autres pouvoirs publics littéralement "les yeux de la tête", pas moins de 1,250 Milliard de DA pour rappel et pour ce seul tronçon, et qui insiste sur cette "nécessité de prévoir davantage de bacs pour récupérer les nombreux tickets d'accès usagés".

Nasser Foura


Survol des gorges


En cas de problème, tout est prévu !

 • • •

El Moudjahid - 4 novembre 2008

Constantine : 3 projets de téléphérique

Des experts étudient à Constantine la possibilité  de réaliser trois nouveaux téléphériques, a indiqué hier, le wali. Ces professionnels du groupe austro-helvétique "Garaventa", spécialisé  dans les transports par câbles, doivent "concevoir le tracé des trois lignes  prévues dans le projet d'extension de ce moyen de transport moderne urbain",  a-t-il précisé.
Le projet qui s'inscrit dans le cadre du programme quinquennal 2009-2013,  consiste à "renforcer le transport par câble dans la ville par la réalisation  de trois nouvelles lignes aériennes d'une longueur totale de neuf (9) kilomètres",  a indiqué le directeur des transports.
La première de ces dessertes aura à relier la zone urbaine à forte  densité démographique de Békira aux environs immédiats du centre hospitalo-universitaire  (CHU), un point situé sur les hauteurs de la cité Emir Abdelkader. La deuxième  ligne reliera le quartier de Sidi Mabrouk à la place "Kerkri " en plein centre-ville, tandis que la troisième reliera l'université Mentouri à la gare ferroviaire  centrale, a précisé le même responsable.
  Le groupe "Garaventa", représenté dans une trentaine de pays, a déjà  réalisé le premier téléphérique de Constantine, rappelle-t-on. 33 télécabines d'une capacité de 15 personnes chacune, assurent depuis  le 5 juin dernier, une liaison entre un quartier de la vieille ville, aux hauteurs  de la cité Emir Abdelkader avec une station intermédiaire au CHU.


Liberté - 22 mars 2010

Constantine Le téléphérique . encore à l'arrêt !

Par : B. Souheila

Le téléphérique de Constantine, qui relie la partie est de la ville, soit de la place Tatèche-Belkacem (ex-rue Thiers) à la partie ouest, soit de la cité Émir Abdelkader en passant par le CHU Ben-Badis , est à l'arrêt depuis quelques jours. Une situation qui ne cesse de se répéter, ces derniers temps et qui suscite la colère des usagers contraints encore une fois à faire appel à d'autres moyens de transport.
En effet, c'est la deuxième fois depuis le début de l'année que les télécabines qui transportent en moyenne 2 400 personnes par heure, ne sont pas opérationnels. Aujourd'hui, on est en droit de s'interroger sur la gestion mais aussi sur l'entretien de ce nouveau moyen de transport, pris en charge par une entreprise helvétique, surtout que la direction des Transport prévoit, très prochainement, la mise en chantier de deux autres téléphériques. Le premier reliera le centre-ville de Constantine à la cité Bekira et le deuxième à la cité Daksi.


 

Fermer