Plan lumière
de Constantine

Lumières sur Constantine

La manifestation "Constantine capitale de la culture arabe en 2015" va être accompagnée d'une mise en lumière des principaux monuments de le ville. Ce plan lumière a été confié à la société "Alain Guilhot Lumière" qui a déjà mis en lumière des monuments dans le monde entier et est à l'origine de la "Fête des Lumières de Lyon".
Je tiens à remercier chaleureusement M. Alain Guilhot pour les documents qu'il a bien voulu me confier et m'autoriser à publier.

Voir quelques unes de ses réalisations avec d'autres images du projet de Constantine :
http://www.alainguilhotlumiere.com/

Le très beau projet de "Plan lumière" proposé par M. Alain Guilhot
a malheureusement été abandonné au bénéfice d'une autre socièté.
Les images qui suivent montrent ce que Constantine ne connaitra pas.

• • •

• • •

Lumières sur Constantine : de l'architecture à la lumière …

« Ecriture urbaine, la lumière, à Constantine, pour un Plan lumière, ou pour un Festival lumière, doit répondre, pour moi, à deux axes de recherches essentiels : poétique et technique ».

En effet, la création artistique, particulièrement dans l'urbanisme lumière se doit de rechercher et de trouver un équilibre, jamais un compromis, entre ces deux tendances.

La poésie est d'abord l'expression, en lumière, de l'histoire et de la beauté de la ville de Constantine. La lumière est, à ce titre, un véritable révélateur du patrimoine urbain. Le directeur artistique, ou l'architecte lumière, en charge d'un projet, doit proposer une partition symphonie lumière respectueuse du Culte et de la Culture.
La poésie lumière ne doit jamais être ostentatoire ou agressive. Elle peut, cependant, elle doit, interpeler l'œil, mais aussi, et surtout, la sensibilité du spectateur et de l'acteur de la ville.

Fédérer, dans la découverte nocturne, avec le même bonheur et le même plaisir, ceux qui vivent la ville et ceux qui la visitent, c'est peut être, aussi, l'une des magies de la lumière.
Il est vrai que la relation entre la lumière et la ville, très souvent magique, donne une nouvelle dimension à l'urbain, au service de l'image universelle de Constantine.

La magie, du rayonnement d'une mosquée, d'un pont, d'un immeuble, d'une place, d'un monument, révélée par la lumière, permet d'affirmer la créativité et le dynamisme d'une grande cité d'Algérie. La lumière devient alors la nouvelle signature d'une ville, forte, inventive et pleine d'engagements pour demain.

Si la poésie dans la littérature permet de donner aux mots et aux phrases une signification souvent différente, chargée de symboles, d'affectif, de messages, il en est de même pour la poésie lumière qui donne aux bâtiments et aux espaces urbains de Constantine une présence différente et signifiante.

Mais, si la magie n'était que poétique, elle resterait très fragile et éphémère…

En effet, la technique doit apporter au poétique la maîtrise et la pérennité, peut-être aussi la sécurité.
Historiquement, l'ancêtre de l'architecte lumière était l'allumeur de réverbères qui œuvrait en disant
«dormez, dormez, braves gens, nous veillons sur vous …».

Il est indispensable que l'architecte lumière, bien que technicien averti, puisse, avec humilité et lucidité, réunir les compétences d'autres partenaires d'Algérie et du monde de la lumière : les architectes, les urbanistes, les ingénieurs des villes, les bureaux d'études, les plasticiens, les installateurs, les fabricants, les distributeurs …
La technique, ainsi maîtrisée en équipe, permet de pousser le travail de recherche et d'intégration de la lumière dans la ville de Constantine.

L'architecte lumière, le directeur artistique, deviennent, de ce fait, des acteurs de Constantine, dans une chaîne professionnelle multiple, où chacun doit jouer, et assumer, pleinement son rôle et sa mission.

Lumières !

Alain Guilhot
Président
Directeur Artistique
Architecte Lumière

Voici les propositions pour les sites retenus.

© alain guilhot lumière - Janvier 2014

• • •

Mosquée de l'Emir Abdelkader

Nombre de Projecteurs pour les 4 faces : 545
Puissance : 41 Kw

Exemple d'implantation des éclairages.

• • •

Pour les différents monuments suivants,
sont associés des exemples d'éclairages proches des futures réalisations.

Pont Sidi Rached

Nombre de Projecteurs sur les 2 faces : 425
Puissance : 30 Kw


Exemple : Pont de Toledo - Madrid, Espagne (infographie)

• • •

Pont du Diable

Nombre de Projecteurs : 6
Puissance : 170 W


Exemple : Ecluse - Madrid, Espagne (photographie)

• • •

Passerelle Mellah Slimane

Nombre de Projecteurs sur les 2 faces : 185
Puissance : 4,6 Kw

Exemple : passerelle - Lyon, france (photographie)

• • •

Pont El Kantara

Nombre de Projecteurs sur les 2 faces : 131
Puissance : 7,7 Kw

Exemple : Pont Alexandre III - Paris, France (photographie)

• • •

Pont Sidi M'Cid

Nombre de Projecteurs sur les 2 faces : 276
Puissance : 7,2 Kw

Exemple : Pont - Istanbul, Turquie (infographie)

• • •

Pont des Chutes

Nombre de Projecteurs sur les 2 faces : 52
Puissance : 1,7 Kw

Exemple : Pont de Pierre - Bordeaux, France (photographie)

• • •

Gorges du Rhumel

Nombre de Projecteurs : 500
Puissance : 155 Kw

Exemple : La Vallée des Rois - Louxor, Egypte (photographie)

• • •

Ecole Coranique El Kettania

Nombre de Projecteurs : 47
Puissance : 1,7 Kw

Exemple : Tribunal Casablanca - Maroc (photographie)

• • •

Palais du Bey

Nombre de Projecteurs : 58
Puissance : 3,6 Kw

Exemple : La Wilaya - Alger, Algérie (infographie)

• • •

Mosquée du Bey

Nombre de Projecteurs : 60
Puissance : 1,7 Kw

Exemple : Les Murailles - Rabat, Maroc (photographie)

• • •

Minarets

Nombre de Projecteurs : 60
Puissance :1,7 Kw

Exemple : Beffroi - Lille, France (photographie)

• • •

Palais de la Culture Malek Haddad

Nombre de Projecteurs sur les 3 faces : 168
Puissance : 4 Kw

Exemple : Manufacture des Tabacs - Lyon, France (photographie)

• • •

La Medersa

Nombre de Projecteurs sur les 4 faces : 167
Puissance : 7,2 Kw

Exemple : Notre Dame d’Afrique - Alger, Algérie (infographie)

• • •

Théâtre

Nombre de Projecteurs : 86
Puissance : 1,4 Kw

Exemple : Le Théâtre - Avignon, France (photographie)

• • •

Centre des Arts (Ancienne Wilaya)

Nombre de Projecteurs : 45
Puissance : 1,3 Kw

Exemple : Opéra - Ho Chi Minh City, Vietnam (photographie)

• • •

Musée Maison de la Culture El Khalifa (ancien Air Algérie)

Nombre de Projecteurs sur les 3 faces : 97
Puissance : 5 Kw

Exemple : La Poste - Alger, Algérie (infographie)

• • •

Mausolée Sidi Rached

Nombre de Projecteurs : 49
Puissance : 2,7 Kw

Exemple : Le Suquet - Cannes, France (photographie)

• • •

Mairie

Nombre de Projecteurs : 66
Puissance : 1,9 Kw

Exemple : Comité Populaire - Ho Chi Minh City, Vietnam (photographie)

• • •

Palais de Justice

Nombre de Projecteurs sur les 2 faces : 68
Puissance : 6,6 Kw

Exemple : Théâtre - San José, Costa Rica (photographie)

• • •

Musée de l'Industrie

Nombre de Projecteurs : 50
Puissance : 1,7 Kw

Exemple : Théâtre - Lyon, France (photographie)

• • •

Parc

Nombre de Projecteurs : 25
Puissance : 3 Kw

Exemple : La Croisette - Cannes, France (photographie)

• • •

Palais de justice 2

Nombre de Projecteurs : 27
Puissance : 1,4 Kw

Exemple : Palais de la Bourse - Lyon, France (photographie)

• • •

Monument aux Morts

Nombre de Projecteurs sur les 4 faces : 51
Puissance : 4,2 Kw

Exemple : Cannes, France (photographie)

• • •

Aqueduc

Nombre de Projecteurs sur les 2 faces : 22
Puissance : 1,6 Kw

Exemple : Le Pont de Pierre - Bordeaux, France (photographie)

• • •

Mosquée “El Istiklal”

Nombre de Projecteurs sur les 3 faces : 82
Puissance : 5,8 Kw

Exemple : Mosquée - Alger, Algérie (infographie)

• • •

Ecole des Beaux Arts

Nombre de Projecteurs : 18
Puissance : 1,3 Kw

Exemple : Mairie - Saint-Etienne, France (photographie)

• • •

Auditorium Université Mentouri

Nombre de Projecteurs : 136
Puissance : 8,1 Kw

Exemple : Aéroport Saint Exupery - Lyon, France (photographie)

• • •

© alain guilhot lumière - Janvier 2014
http://www.alainguilhotlumiere.com/
http://www.lightislife.net/

• • •

El Watan - 14 janvier 2014

Alain Guilhot nous écrit :

Suite à l'article paru dans notre édition du 26 /11/2014, intitulé «25 milliards pour des projecteurs, c'est trop cher !», l'architecte lumières, Alain Guilhot a tenu à apporter ces précisions.

1°/ «25 milliards pour des projecteurs, c'est trop cher» (soit 250 millions de dinars, soit 2,3 millions d'euros) Faux: cette somme est erronée et ne vient pas du contrat cadre que Mr le Wali de Constantine a signé à Alain Guilhot, en tant que directeur artistique et chef de file, le 15 décembre 2013.

Ce contrat cadre comprend la conception et les études (dont impôts) la fourniture, (avec importation, transport et dédouanement) l'installation complète (avec tous les frais, dont la maintenance et la formation) et prévoit la mise en lumière pérenne et patrimoniale de 30 sites, à Constantine, pour toujours.

2°/ «les 2 opérateurs s'étaient engagés à créer Citenour, élaborer un business plan et fonder cette  société commune devant notaire ... mais la société ne verra pas le jour et pour Belux, Alain Guilhot s'est désengagé». Faux: Belaroui ScoaBelux et Alain Guilhot, avaient envisagé, début 2013, la création  d'une société Citenour, société commune qui n'a jamais été confirmée par les 2 parties, ni enregistrée devant notaire : le business plan a bien été réalisé à la demande d'Alain Guilhot par le cabinet Deloitte Emergence Consult, début juin 2013, et payé par Alain Guilhot seulement (Belaroui a refusé d'en payer la moitié, ce qui était prévu). De plus, Belaroui devait créer Citenour avant le 15 juillet 2013 et ne l'a pas fait. Belaroui soupçonne à tort Alain Guilhot d'avoir voulu s'emparer du projet, alors que c'est Belaroui qui a tenté de le faire.

En effet, il a demandé à Thierry Aubrun (Cabinet Deloitte) début juin 2013, un rapprochement avec ScoaBelux, sans Alain Guilhot.

En outre, il a voulu se dissocier d'Alain Guilhot, en sollicitant Citelum pour ce projet. Enfin, il a fait venir à Constantine, à ses frais, en juillet 2013, des concepteurs lumière lyonnais, pour se substituer à Alain Guilhot.

3°/ «quelques mois après, les 2 opérateurs ont été reçus par Mr le Wali de Constantine» Faux: Belaroui n'a jamais été reçu par Mr le Wali de Constantine (à l'époque Nourredine Bedoui)

4°/  «d'où la demande insistante à fournir la preuve que la Société n'est pas liquidée.»... l'ex-futur partenaire n'est pas solvable »: Faux : La société Alain Guilhot Lumière existe bien, a son siège social à Lyon, des collaborateurs non-salariés et règle ses impôts, sa Tva, l'Urssaf, ses assurances...: voir pièces jointes.

5°/ « sa société est déclarée défaillante compte tenu d'un précédent édifiant ». Faux : c'est à la Sté Citelum (président M. Tesconi) que la Wilaya d'Alger a confié, en 2008, un marché de mise en lumière d'Alger pour 32.139.140,15; Citelum a perdu ce marché auquel Alain Guilhot n'a jamais participé.

6°/ « Guilhot a payé à Hassan Koussa, architecte, la somme de 144.000». Faux : Alain Guilhot n'a jamais perçu d'honoraire, ni reçu de règlement, ni de remboursement, et a perdu, à ce jour, depuis 2 ans et demi, plus de 250 000 pour la préparation de ce projet pour Constantine.

(El Watan est en possession du dossier complet avec les témoignages et pièces officiels, attestant la vérité des propos d'Alain Guilhot.)


El Watan - 13 mars 2015

«Constantine, capitale de la culture arabe», le gouffre de l'argent public

[...]
Dans l'affaire des éclairages qui devaient embellir l'ancienne capitale berbère, Cirta, l'étude des travaux de plusieurs sites, comme le mausolée et le pont Sidi Rached, le palais de la culture Malek Haddad et la mosquée Emir Abdelakder, a été attribuée en 2013 au bureau d'études français Alain Guilhot Lumière. L'estimation soumise par Alain Guilhot, dont El Watan Week-end possède une copie, s'élève à environ 4,8 millions d'euros.

Les projecteurs et le matériel pour le plan lumière ont été réservés à BR Système, société détenue par Redha Bechichi qui ne serait autre que le fils de l'ex-ministre de l'Information, et ancien commissaire d'«Alger, capitale de la culture arabe 2007», Lamine Bechichi, limogé par l'ex-ministre de la Culture, Khalida Toumi, pour un conflit sur la gestion des 5,5 milliards de dinars alloués à l'événement. Ce projet d'éclairage n'a jamais eu lieu. Selon une source locale, l'entrepreneur algérien a tenté de «court-circuiter» le bureau d'études français, mais celui-ci a été rattrapé par son inexpérience.

Caracalla

Le projet a donc été «offert» à Star Lighting, une société chinoise qui avait pour mission l'éclairage de 25 sites et tracés protocolaires pour 15 millions de dollars, d'après l'avant-projet présenté par l'entreprise. L'intermédiaire de la société avec le wali de Constantine, Fatima Rahal, journaliste à la chaîne d'information chinoise CCTV et ancienne chargée de communication de l'ONCI, jointe par téléphone, précise que le coût a été renégocié et réduit à 4 millions  de dollars lors de la réunion des deux parties en décembre 2014.

«Les responsables de Star Lighting ont expliqué au wali que le projet n'était pas réalisable avant le 16 avril. Ils lui ont proposé de faire le tracé protocolaire, l'éclairage public de la ville et celui de 4 sites références avec l'aide de 20 spécialistes chinois et plus de 500 électriciens et travailleurs qualifiés algériens», précise Fatima Rahal.

Dernier rebondissement en date : le wali a décidé, sans prévenir, d'offrir à nouveau le marché à une entreprise «tunisienne dont le responsable est Libanais». Bentorki évoque la primauté des «relations panarabes !»  «Je ne cherche aucun conflit, mais je précise que je ne peux travailler avec les magouilleurs et les saboteurs du pays, précise Fatima Rahal.

Les citoyens de Constantine ont raté un grand projet qui changera l'image de leur ville.»
[...]

Meziane Abane

El Moudjahid - 9 avril 2015

Plusieurs édifices seront illuminés dès samedi à Constantine

Plusieurs édifices et infrastructures, parmi  les plus emblématiques de la ville de Constantine, seront, dès samedi, sous les feux d'une lumière artistique, a indiqué hier  le directeur des  équipements publics (DEP), Mohamed Benhacine.          
Les palais de la Culture Malek-Haddad et Mohamed-Laïd-El-Khalifa, la Medersa et la grande mosquée Émir-Abdelkader, des édifices entièrement réhabilités  en prévision de la manifestation Constantine, capitale 2015 de la culture arabe, "n'en seront que plus beaux", a estimé ce responsable.          
Plusieurs autres édifices à caractère culturel et administratif seront  ultérieurement dotés d'un système d'éclairage, avant que ne vienne le tour, aussitôt après, des ponts qui font la réputation de Constantine, notamment le  pont suspendu de Sidi M'cid et le pont en pierre de Sidi-Rached, a encore fait  savoir le même responsable. Ces opérations de mise en lumière ont été confiées à une entreprise spécialisée en la matière.          
Dans le cadre des efforts d'accompagnement déployés localement en prévision  de cette manifestation culturelle, dont l'ouverture officielle est prévue pour le 16 avril, une vingtaine d'ouvrages d'art de la ville de Constantine sont déjà illuminés, grâce à un effort de la direction des travaux publics, a-t-on  rappelé.