Benjamin Stora
"Un regard critique, savant et chaleureux."

« De Benjamin Stora, l'on connaît les exemplaires travaux d'historien : son dictionnaire biographique des militants algériens, son Messali Hadj, son Histoire de la guerre d'Algérie, son Ferhat Abbas (avec Zakia Daoud), ses Imaginaires de guerre… Plus d'une dizaine d'ouvrages en font l'un des meilleurs connaisseurs de ce pays. Cela ne serait rien si, en lui, ne vibrait une attention angoissée, fraternelle, à l'égard d'une terre qui l'a vu naître, grandir, puis partir, et dont, sans nul doute, il ne se déprendra jamais. »

Jean-Luc Allouche Libération 2 décembre 1998

« Les ouvrages de Benjamin Stora, dont la connaissance encyclopédique de l'Algérie et la compétence sont universellement reconnues, sont indispensables pour une compréhension de ce pays. »

 Jeune Afrique N° 1985 février 1999

 

Benjamin Stora devant Sidi M'CidBenjamin Stora est né le 2 décembre 1950 à Constantine. École primaire puis Lycée d'Aumale à Constantine.

« Profondément laïque et manifestant une grande empathie, mais sans concessions, pour son sujet de prédilection - les nationalismes maghrébins -, Benjamin Stora poursuit ses recherches sur le terrain : il est actuellement détaché au Centre de recherches de sciences humaines et sociales de Rabat.
Dés le déclenchement de la "deuxième guerre d'Algérie", à l'hiver 1991, il a adopté une position critique tant envers les islamistes, dont il expliquait la montée en puissance, au sein d'une jeunesse en proie au chômage, essentiellement par les errements du régime "militaro-bureaucratique" en place, qu'à l'égard du régime lui-même. Il s'est ainsi longtemps attiré les foudres à la fois des intégristes et du courant "éradicateur".
»

Sylvain Cypel, Le Monde 21 décembre 1999

Un texte de Benjamin Stora évoquant son enfance à Constantine.

"Constantine, la Jérusalem du Maghreb" : Conférence donnée par Benjamin Stora le 14 mars 2010

Mai 2001

Désireux de mieux connaître Benjamin Stora, je me suis permis de lui faire parvenir un petit message. Je vous joins sa réponse.

Cher Monsieur,
 Quelle belle initiative pour notre belle ville de Constantine ! Me concernant vous pouvez consulter mon site
et voici en fichier joint un texte à propos de ma mère (aujourd'hui décédée) parue dans la revue "Esprit" en 1993, à propos de Constantine... Très amicalement, Benjamin Stora.


Lire le texte. Un très émouvant témoignage !

• • •

Le site personnel de Benjamin Stora : http://www.univ-paris13.fr/benjaminstora/

Liens
De très nombreuses pages Web sont consacrées à cet auteur, je vous donne une adresse (il en existe beaucoup d'autres).

Interview à propos du Maghreb :
http://www.algeria-watch.org/farticle/tribune/stora.htm

Œuvres
Messali Hadj, pionnier du nationalisme algérien (1986)
Dictionnaire biographique des militants nationalistes algériens (1985)
Nationalistes algériens et révolutionnaires français au temps du Front populaire (1987)
Les Sources du nationalisme algérien (1988)
La Gangrène et l'Oubli, la mémoire de la guerre d'Algérie, Histoire de l'Algérie coloniale (1830-1954) et Histoire de la guerre d'Algérie (1954-1962) (1991)
La France en guerre d'Algérie et 200 hommes de pouvoir en Algérie (codirection)
Ils venaient d'Algérie, l'immigration algérienne en France (1912-1992) et Aide-mémoire de l'immigration algérienne (1992)
Histoire de l'Algérie depuis l'indépendance (1962-1994) (1994)
Ferhat Abbas, une utopie algérienne (en coll.) et l'Algérie en 1995 (1995)
Dictionnaire des livres de la guerre d'Algérie (1996)
La Guerre d'Algérie à l'écran (codirection)
Imaginaires de guerre, Algérie-Vietnam, Appelés en guerre d'Algérie (1997)
Le Transfert d'une mémoire, de l'Algérie française au racisme anti-arabe (1999)
La Guerre invisible. Algérie, années 90 (2001)


Auteur des documentaires les Années algériennes (1954-1962) (1991)
Algérie, les années d'espoir, de cendres (1962-1994) (1995)
Conseiller historique du film Indochine (Oscar du meilleur film étranger, 1993), des documentaires télévisuels Résistance et libération d'Outre-mer (1994), les Massacres de Sétif (1995)
Co-scénariste du film Là-Bas, mon pays (2000).

Haut de page